L’Islande : une île fusionnelle

Volcan islandaisEn 2010, tous les yeux étaient rivés vers l’Islande. Non pas que le pays avait lancé une quelconque campagne publicitaire à grande échelle, mais c’est surtout l’un de ses facétieux volcans au nom imprononçable qui semait la zizanie jusque dans l’espace aérien européen continental !

Si les islandais ont su domestiquer la chaleur qui émane des entrailles de leur pays, ils n’empêchent qu’ils sont perpétuellement au dessus d’une poudrière qui peut exploser à tout moment !

Le pays compte en effet près de 200 volcans, dont 130 sont plus ou moins actifs. Il faut dire que l’ile était plus que prédisposée à accueillir tout cet arsenal. Née des océans et de la lave il y a 20 millions d’années de cela, l’Islande s’est ensuite confortablement installée entre deux plaques tectoniques, plus précisément sur ce qu’on appelle la dorsale médio-atlantique, gigantesque faille se situant au milieu l’océan Atlantique et dans l’océan Arctique. Pas étonnant donc que la région soit confrontée à des séismes quotidiens et pas étonnant non plus que le pays ait une activité volcanique des plus vivaces ! On y trouve ainsi toutes les gammes de volcans disponibles, mais trois types sortent du lot : les fissuraux, les volcans boucliers et les stratovolcans.

Cratère islandaisLes éruptions ont été et sont toujours légions mais certains ont marqué l’histoire de manière plutôt durable.

En 1783 par exemple, une gigantesque fissure s’est ouverte au sud de l’île, au Laki, déversant près de 10 km3 de matière en fusion, soit la plus grande coulée de lave jamais observée par l’homme. Les conséquences de cette éruption furent plutôt catastrophiques : 20 à 25 % de la population de l’époque ainsi qu’une grosse partie du bétail furent décimées, empoisonnées par les émanations de gaz ainsi que par la famine qui s’ensuivit. Les effets furent tellement violents que même la France, le reste de l’Europe et l’Amérique en ressentirent les effets ! Récoltes dévastés, hivers plus rigoureux que la normale, un véritable scénario apocalyptique en somme !

Heureusement ce genre de catastrophe n’est pas trop fréquent et les islandais ont parfois fait preuve de ressources pour se tirer de mauvais pas. Durant l’année 1973, l’Edfell prit forme sans crier gare sur l’île de Heimaey et causa d’énormes dégâts ainsi qu’une évacuation en catastrophe. Fort heureusement, les habitants eurent la bonne idée de pomper l’eau de l’océan pour calmer les ardeurs de la lave, ce qui sauva le petit port de la destruction. Finalement aucune victime ne fut à déplorer et seule une moitié du village fut détruite.

Eruption volcaniqueIl n’empêche que le pays n’est pas à l’abri d’une nouvelle catastrophe, même si les vulcanologues veillent au grain. A titre d’exemple, l’Hekla, affectueusement surnommé La Porte des Enfers, est entré en éruption en 1991 seulement 30 minutes après avoir donné des signes d’activités. Avec une marge de manœuvre aussi réduite, le volcan représente une menace perpétuelle pour le pays.

L’ironie dans tout ça c’est que les volcans ont conduit à la naissance de l’Islande mais aussi à certaines autres îles comme Surtr qui regorge désormais de vie ! Voir les volcans uniquement comme éléments de destructions massives est donc assez réducteur. En y regardant de plus près, on pourrait même trouver des bienfaits aux volcans en Islande. La géothermie qui fait la fierté du pays serait inexistante sans les volcans, de même que les touristes qui se pressent pour admirer ces splendides paysages lunaires. Une malédiction autant qu’une bénédiction en somme !

Photos – © Jochen Scheffl – magspace – lifetec73 – Fotolia.com

David VEERASAWMY